burnout

Le burnout touche aussi les jeunes travailleurs

FacebookTwitterLinkedInShare

Il est souvent dit que les quadragénaires sont les personnes les plus enclines à souffrir d’un burnout. Elles doivent non seulement travailler d’arrache pieds, mais aussi gérer un éventuel divorce, vendre leur maison, surmonter les premiers symptômes de l’âge (pertes de cheveux, ménopause…) et tenir à l’œil leurs enfants en pleine crise d’adolescence. Peut-être exagérons-nous un chouia, mais la réalité n’est pas tellement différente… Toutefois, force est aujourd’hui de constater que de plus en plus de jeunes travailleurs plient eux aussi sous la charge de travail élevée et sont en proie au burnout. Quelles raisons expliquent ce phénomène ? Découvrez-le dans cet article.

De 25 à 35 ans, la tranche d’âge critique

Un nombre toujours croissant de travailleurs âgés entre 20 et 39 ans sont confrontés à un burnout au cours de leur jeune carrière professionnelle. Theo Compernolle, neuropsychiatre belge, profitait il y a quelque temps déjà de sa présence sur le plateau de l’émission flamande Van Gils en gasten pour pointer du doigt notre « joignabilité » constante. À l’heure des mails, messages Facebook Messenger et Whatsapp, nous restons joignables 24/7, non seulement par sa famille et ses amis, mais aussi par ses collègues de travail. La frontière entre vie professionnelle et vie privée disparaît peu à peu, et notre cerveau finit par faire des heures supplémentaires non rémunérées et non récupérées.

Alors que les burnouts touchaient auparavant une part prépondérante de quadragénaires et quinquagénaires, ils n’épargnent aujourd’hui plus aucune tranche d’âge, puisque de nombreux jeunes travailleurs de 25 à 35 ans en souffrent également. La génération numérique, celle qui a grandi avec l’internet et les smartphones, et qui, par conséquent, peut difficilement s’en passer, semble désormais découvrir le revers de la médaille.

Les trentenaires aussi touchés

Autre raison de ce phénomène, les personnes âgées de 20 à 39 ans sont, tout comme les quadragénaires, confrontées à des soucis d’ordre personnel et doivent jongler avec les déconvenues. En tant que « vingtenaire », vous vous efforcez avant tout de conserver assez de temps libre après le travail pour passer des moments entre amis ou vous adonner à vos passions, et en tant que trentenaire, vous démarrez peut-être une vie de famille et investissez dans l’achat ou la rénovation d’une habitation. De plus, indépendamment de tout cela, vous ne vous sentez peut-être pas à votre place au travail et cherchez encore l’emploi qui vous correspond vraiment.

Burnout : comment les jeunes peuvent-ils l’éviter ?

Contrairement à leurs aînés, les milléniaux font aujourd’hui délibérément le choix de mieux équilibrer vie professionnelle et vie privée en optant par exemple pour un travail à temps partiel ou en se réservant du temps pour leurs passions et projets personnel, ce qui contribue bien entendu à lutter contre le burnout auprès de cette génération. Une autre solution efficace contre le burnout des jeunes travailleurs consiste à adopter de nouvelles habitudes de vie, telles que :

  • L’instauration de « pauses smartphone » au travail afin de rester concentrer sur ses tâches.
  • La désactivation des notifications inutiles sur votre téléphone. Avez-vous réellement besoin d’être informé des moindres faits et gestes de vos « amis » ?
  • La réduction des envois d’e-mails. Déplacez-vous jusque chez votre collègue pour lui poser votre question : vous vous dégourdirez les jambes et contribuerez à diminuer le nombre d’e-mails échangés au travail.
  • La fin du multitasking. Pouvoir de temps à autres se concentrer sur une seule et même tâche permet de garder l’esprit serein.