‘Take the Lead’ plonge 200 étudiants dans la disruption digitale

FacebookTwitterLinkedInShare

Le 16 février a marqué le début de Take the Lead, à Bruxelles. Cette formation pour les managers et professionnels du numérique est consacrée à la ‘disruption digitale’, un sujet qui fait l’objet de nombreuses réflexions. Elle leur apprend à transformer les menaces en opportunités uniques, et à initier eux-mêmes le processus de transformation digitale.

Transformation digitale, dites-vous ?

Les termes ‘disruption digitale’ vous laissent perplexe ? Même s’ils sont bien intégrés dans certains secteurs, leur signification précise n’est pas toujours claire.

 

Passons aux explications. La disruption digitale est un changement radical dans notre économie mondiale dû aux nouvelles technologies numériques. Même s’il semble s’agir d’une évolution assez progressive, toutes sortes de changements fondamentaux ont lieu en même temps et changent notre manière de travailler. Pour ne citer que deux exemples, le modèle commercial des journaux a été totalement chamboulé en peu de temps et le marketing version 2017 est totalement différent de celui d’il y a dix ans.

 

Des menaces aux opportunités

Cette évolution vous paraît menaçante ? Ça ne doit pourtant pas être le cas. La disruption digitale offre aux entrepreneurs et innovateurs de multiples opportunités. Des opportunités qui se présenteront d’elles-mêmes ou que vous pouvez créer. Et c’est précisément le sujet de Take the Lead.

 

Take the Lead accompagne 200 étudiants (des managers engagés, des marketeurs, des professionnels de l’IT, des chercheurs…) au cœur de la disruption digitale. Pendant plusieurs mois, ils suivront des conférences en ligne et réaliseront ensemble des exercices pratiques. Ils découvriront le contexte complexe et incertain dans lequel la révolution se déroule et acquerront les outils pour diriger ce changement. La cérémonie de clôture aura lieu en mai 2017.

 

La formation est organisée par la Vlerick Business School et Mediafin, la maison d’édition de ‘L’Echo’ et ‘De Tijd’, et sponsorisée entre autres par The Adecco Group.

 

Une soirée d’ouverture réussie

Ce cursus particulier a débuté le 16 février sur le campus Vlerick au cœur de Bruxelles. Marion Debruyne, doyenne à la Vlerick Business School, a prononcé un discours introductif inspirant dans l’auditorium comble. Son message ? Même si nous sommes tous convaincus des opportunités offertes par la disruption, nous considérons toujours la transformation digitale comme une menace. Ce que nous devons faire ? « Dream your worst nightmare. Posez-vous la question : quel est mon pire cauchemar, quelle est la menace qui rendra mon modèle commercial superflu ? C’est là-dedans que vous devez investir. Investissez même dans la technologie qui bouleversera votre manière de travailler actuelle. »

 

La parole a ensuite été donnée aux experts. Michael Beal (Microsoft), David Dab (ING), Nico Reeskens (The Adecco Group), Jean-Albert Nyssens (EY) et Mieke Fordeyn (Jan De Nul) ont exposé leur vision de la disruption digitale. Selon Nico Reeskens, la transformation digitale menace des emplois mais est aussi source d’opportunités. « Grâce à la technologie, nous pouvons nous débarrasser des tâches RH frustrantes et répétitives. Nos collaborateurs peuvent donc se concentrer davantage sur l’aspect humain et recruter plus facilement les meilleurs candidats. »

 

Le Professeur Stijn Viaene, qui accompagne la formation de A à Z, a eu l’honneur de clôturer la soirée avec un aperçu du reste du cursus. « Vous n’êtes pas seuls », a-t-il affirmé aux étudiants, « Vlerick participe aussi à la disruption digitale et cherche activement, comme les étudiants, des manières d’innover de manière disruptive. »